Comment soigner un chien ? médecine traditionnelle ou alternative



Votre chien est unique. Si malheureusement, une maladie se déclare, il va présenter des symptômes classiquement décrits dans notre médecine occidentale mais avec des modalités qui lui sont propres. La maladie révèle toujours une faiblesse de l’organisme. Cette fragilité n’arrive pas par hasard. Elle signe souvent une évolution à bas bruit, passée inaperçue, pendant un temps variable. Votre chien souffre en silence.

Que fait la médecine traditionnelle chinoise ? Elle retrace l’histoire de la maladie. Pour cela, elle remonte le temps, elle prend connaissance de la façon dont vit votre animal et de ses éventuels maux passés. Elle complète ses investigations par un examen minutieux, décelant ici une zone de blocage, là un point douloureux, un froid à un endroit, une chaleur à un autre, et en attachant une attention toute particulière à la prise du pouls, la mine d’or de qui sait l’interpréter.

Le but est de trouver le déséquilibre à l’origine de la maladie dont souffre votre animal.
Un exemple : votre vieux chien souffre d’une toux chronique. Des médicaments, les uns pour le faire uriner beaucoup, les autres à tropisme cardiaque sont généralement prescrits. En médecine traditionnelle chinoise sont étudiées les incidences externes (climatiques, notamment le froid et l’humidité) et internes. Soit les poumons de votre vieux compagnon ne reçoivent plus leur quantum d’énergie leur permettant de fonctionner normalement soit, au contraire, leur liaison énergétique avec le reste de l’organisme est rompue, il y a un « trop-plein » anormal. Dans le premier cas, le déséquilibre organique occasionné peut être de la diarrhée et un manque d’appétit, dans le deuxième cas le fonctionnement rénal freine, votre chien s’essouffle, est raide et a du mal à sauter ou, plus exceptionnellement compte tenu de l’âge, le foie s’emballe, votre toutou a mal à la gorge et au thorax et a tendance à vomir.
Tous les signes, quels qu’ils soient, sont donc pris en considération pour saisir l’histoire propre et unique de votre meilleur ami.
Mais attention, le raisonnement qui aboutit au diagnostic ne se fait pas « à l’occidentale ». Il procède d’une essence parfumée au fil de siècles d’observation.

Commentaires